Nous, l'art d'aller bien

Nous l'art d'aller bien, Reflexologie, EFT ,Hypnose, reflexologie plantaire, marianne devaux, nouméa

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

 

Sommaire

• L’hypnose : qu’est-ce que c’est ?
• L’hypnose éricksonienne
• L’inconscient
• La thérapie
• Les questions que tout le monde se pose

L’hypnose : qu’est-ce que c’est ?

hypnose1.jpg
Le lien entre la rêverie et les grandes découvertes est connu. Ainsi Archimède dans son bain, Newton sous son arbre, et bien d’autres, rêvaient. La rêverie permettrait de résoudre les problèmes complexes car l’esprit est alors ouvert à la nouveauté. Le cerveau fonctionne d’une autre façon. C’est le secret de la créativité, c’est aussi une des clés de l’inspiration artistique.

Dans le récit de Rousseau, on retrouve toutes les caractéristiques de l’état hypnotique. Pour que cela devienne une séance d’hypnose, il faut en plus donner un but à la rêverie, formuler une intention et laisser l’imaginaire ou l’inconscient construire la solution. Le thérapeute est là pour ça : aider la personne à définir son objectif et maintenir l’attention de l’inconscient vers ce qu’on lui demande. L’hypnose, ce n’est pas du sommeil, c’est au contraire une forme particulière de réveil et de focalisation de l’attention.

L’hypnose éricksonienne

hypnose3.jpg

C’est une façon d’appeler l’hypnose thérapeutique moderne, en l’honneur de Milton H. Erickson qui vécut de 1901 à 1980 aux Etats-Unis. Médecin, thérapeute, chercheur passionné, il a révolutionné l’utilisation de l’hypnose qui lui est apparu comme une méthode efficace pour aider ses patients. C’est de l’observation de son travail que sont nées la plupart des thérapies brèves utilisées aujourd’hui dans le monde entier. C’était un grand humaniste animé par une forte volonté d’aider les gens, de trouver des solutions pratiques. Il a créé pour cela une méthode particulièrement respectueuse, douce et compréhensive. C’est le thérapeute qui doit s’adapter à son client, et non l’inverse. Il s’est attaché inlassablement à démontrer par des expériences, racontées dans de nombreuses publications, les effets de l’hypnose sur le cerveau et le vécu des personnes. Aujourd’hui, l’imagerie médicale moderne confirme et complète ses connaissances.

▲ retour au sommaire


L’inconscient

L’hypnose éricksonienne est une thérapie qui permet d’aider une personne à régler un problème. Si le problème pouvait être réglé avec la seule volonté, ce serait déjà fait depuis longtemps. D’ailleurs c’est ce que les gens font la plupart du temps pour gérer leur vie, ils utilisent leur volonté. Mais parfois, cela ne marche pas. Pour un problème particulier, les solutions connues et conscientes ne fonctionnent pas. Cela ne signifie pas qu’il n’y a rien à faire. Il faut juste aller chercher ailleurs. L’hypnose permet un dialogue avec l’inconscient pour faire émerger la solution nouvelle.

▲ retour au sommaire

La thérapie

L’hypnose thérapeutique c’est l’art du changement, car pour régler un problème, il faut forcement changer quelque chose. Avec l’aide de l’hypnose, vous pouvez changer ce que vous voulez changer : une habitude, un comportement, une émotion, une façon de penser, des mauvais souvenirs, un regard sur vous, une inquiétude, un trait de caractère, une douleur… La liste des possibles est longue, la seule condition est que le changement dépende de vous. Ce n’est pas l’hypnose qui guérit ou qui change quelque chose, c’est la personne décidée à guérir ou à changer, qui grâce à l’hypnose, va trouver plus vite et plus facilement le moyen d’y parvenir. Ce n’est pas magique, même si c’est souvent étonnant. Apprendre à se servir de son inconscient pour atteindre ses buts, c’est comme devenir propriétaire de son chez-soi. On peut y faire ce qu’on veut ! Ce serait dommage de rester locataire toute sa vie de son corps, de ses émotions, de ses croyances, de ses habitudes…


Fichier vidéo intégré

▲ retour au sommaire

Les questions que tout le monde se pose

hypnose6.jpg

Vais-je être sous l’influence de quelqu’un ?

Marianne Devaux : Sûrement pas ! Pourquoi ? Parce que je n’ai aucune envie, ni aucun intérêt à vous mettre sous mon influence. A quoi me servirait-il d’avoir du pouvoir sur vous ?

Milton Erickson : « En fait, bien sûr, l’hypnose dépend de la pleine coopération entre l’hypnotiste et le sujet, et sans une coopération consentante, il ne peut pas y avoir d’hypnose  … En raison de absolue nécessité d’une coopération, les sujets ne peuvent pas être hypnotisés contre leur volonté ou à leur insu, pas plus qu‘on peut les maintenir en transe sans leur coopération

Vais-je faire des trucs bizarres ?

Marianne Devaux : Non. Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas là pour faire un show, il n’y a ni spectateurs, ni caméra. Nous sommes là pour vous aider à régler votre problème. En revanche, il n’est pas exclu que moi, je fasse des trucs bizarres…

Milton Erickson : «  Quand il est hypnotisé, le sujet peut penser, agir et se comporter aussi bien, et même souvent mieux, qu’il le fait à l’état psychologique de conscience ordinaire, et cela probablement à cause de l’acuité de l’attention qu’il accorde à sa tâche et du fait qu’il est libéré de toute distraction. »

Vais-je dire des choses que je préfère cacher ?

Marianne Devaux : Non. Pourquoi ? Parce que vous ne perdez jamais le contrôle de ce que vous faites ou dites, la séance dépend de votre participation librement consentie et assumée.

Milton Erickson : «  La relation entre l’hypnotiste et le sujet est un rapport de coopération interpersonnelle, et repose sur des considérations mutuellement acceptables et raisonnables. Il n’est donc pas possible de forcer le sujet à faire des choses contre sa volonté, mais il est par contre possible de l’aider à atteindre des objectifs désirés. »

Vais-je me réveiller ?

Marianne Devaux : Oui. Car je ne dors pas dans mon cabinet et je n’ai pas l’intention de vous laisser y dormir.

Milton Erickson : « Même les sujets les plus coopérants ne peuvent pas être laissés dans une transe pendant un temps excessivement long à moins de savoir pourquoi et de coopérer. » «  Puis se pose la vieille question concernant le risque de  ne pas pouvoir faire sortir le sujet hypnotique de l’état de transe. Cela ne peut absolument pas se produire. A l’occasion, il peut être difficile à un amateur de réveiller un sujet qui tient à rester en transe, mais cela se corrige facilement avec un peu d’expérience dans la prise en charge des sujets. »

Vais-je me souvenir de ce qui s’est passé ?

Marianne Devaux : Très probablement, c’est le cas pour une très grande majorité des séances. Cela peut aussi être comme un rêve, on s’en souvient au réveil et puis il s’en va. Plus rarement, il se crée une amnésie, et à mon avis, c’est qu’alors c’est mieux ainsi.

Est-ce que cela marche vraiment ?

Marianne Devaux : Bien sûr, sinon nous ne serions pas là ! Sérieusement, de très nombreuses personnes peuvent attester des résultats de l’hypnose, c’est déjà bien, mais en plus aujourd’hui, l’imagerie cérébrale nous permet de voir ce qui se passe dans le cerveau d’une personne sous hypnose. Nous sommes passés de l’hypnose de croyance à l’hypnose de savoir.
Ce qui est sûr c’est que si vous n’essayez pas vous ne saurez jamais ce que l’hypnose peut vous apporter. Généralement de une à trois séances permettent d’attendre l’objectif que l’on s’est fixé au départ.           

Est-ce que tout le monde est hypnotisable ?

Marianne Devaux : Oui, c’est probablement une question de temps.  Certains peuvent avoir besoin d’un peu plus de temps pour se défaire de leur quotidien. D’autant que nous n’avons pas besoin d’une transe profonde pour obtenir des résultats, une transe légère est facilement accessible à tous.

Milton Erickson : « Les meilleurs sujets hypnotiques sont des gens normaux, d’intelligence supérieure, et toute personne vraiment prête à coopérer peut être hypnotisée… Toute personne normale est hypnotisable mais pas forcement par vous ou par moi… Tout patient a le droit d’aller en transe avec l’opérateur de son choix. Cent pour cent des gens normaux sont hypnotisables. Il n’en découle pas pour autant que cent pour cent des individus sont hypnotisables par n’importe quel hypnotiste.»

Comment se déroule une séance ?

Marianne Devaux : Une séance commence par une discussion au cours de laquelle je réponds aux différentes questions sur l’hypnose s’il y en a, et je questionne la personne pour savoir ce qu’elle veut et pourquoi c’est important pour elle. C’est ce qu’on appelle la détermination d’objectif.

hypnose7.jpg
Ensuite commence l’induction, puis le travail hypnotique proprement dit. Cela étant, une séance peut être découpée en plusieurs parties, parce que l’essentiel de cette pratique, c’est d’accueillir ce qui vient, et de s’en servir. C’est ainsi que chaque séance est particulière et unique.

Quelles que soient les réponses à ces questions très communes, elles restent théoriques, seule l’expérience est vraiment instructive.
Les citations d’Erickson sont tirées de l’intégrale de ses articles, tome III, éditions SATAS.

▲ retour au sommaire


Fichier vidéo intégré