Nous, l'art d'aller bien

Nous l'art d'aller bien, Reflexologie, EFT ,Hypnose, reflexologie plantaire, marianne devaux, nouméa

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

 
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici ce qu’écrit Jacques Lusseyran, professeur de littérature française, dans « Le monde commence aujourd’hui » en 1959. Ces mots sont magnifiques et émouvants de la part d’un enseignant.

« J’assiste avec épouvante aux progrès de la maladresse. Je veux parler, bien sûr, de la maladresse fondamentale, de celle qui nous empêche de distinguer entre le bonheur et le malheur, entre le plaisir et la joie, entre le remède et le poison, de celle qui transforme la totalité de nos sensations en sensations biologiques obscures, de celle qui annule notre odorat, notre ouïe, notre vue, notre toucher intérieurs. Et j’ai le droit d’être effrayé, parce que je constate la peine que j’ai, tout le premier, à maintenir mon agilité profonde, mon contact avec la vie à l’instant où elle me traverse.

« Cette maladresse, je crains qu’elle n’ait un jour que deux issues : le sommeil ou la fureur. Et c’est ce que je ne puis supporter.

« Je ne puis pas non plus le supporter chez mes élèves. Je ne peux pas me réjouir qu’ils apprennent la science et soient en train d’oublier la vie. Seulement, comme cette mémoire, celle de la vie, est de toutes la plus difficile, je ne trouve pour l’exciter en eux que des moyens modestes : je leur apporte mon contentement.

« Toujours le même contentement, celui d’être vivant et de m’adresser à des vivants. A ma surprise, cela suffit parfois. Je vois bien que pour quelques-uns d’entre eux l’éclairage intérieur a changé, qu’ils ne liront plus les mêmes livres des mêmes yeux, qu’ils ne trouveront plus l’ennui embusqué aux mêmes heures de leurs journées. Il en est même qui me le disent, qui me l’écrivent et qui m’apprennent à leur tour ce que je leur ai appris. C’est la plus grande récompense ».

content.jpgCe texte trouve toute sa place ici, car selon mon opinion, une thérapie est un apprentissage. Il s’agit en effet d’apprendre à faire quelque chose de nouveau, quelque chose de différent. Apprendre un nouveau geste, un nouveau comportement, des nouvelles pensées, un autre état d’esprit, un autre fonctionnement du corps… Apprendre à se faire du bien, à être gentil avec soi-même. Apprendre à être qui on a envie d’être maintenant…. Apprendre à sentir, à ressentir c’est-à-dire sentir à l’intérieur, apprendre à écouter, goûter, voir… Apprendre à laisser le passé où il est pour se concentrer sur le présent… Bref, la liste des apprentissages possibles est longue.

Mais ce n’est tout, j’aime ce texte parce en remplaçant « élèves » par « clients », je veux reprendre chaque phrase à mon compte. C’est ça le métier de thérapeute : aider les personnes endormies ou en fureur, à trouver en elles les moyens du contentement.