Nous, l'art d'aller bien

Nous l'art d'aller bien, Reflexologie, EFT ,Hypnose, reflexologie plantaire, marianne devaux, nouméa

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

 
  •  
  •  
  •  
  •  

Les tremblements musculaires ont mauvaise presse : signe de peur ou de grande émotion, signe de fatigue, de démence, de manque de magnésium, voir de sénilité ou de maladie de Parkinson… Le pire étant encore de ne pas savoir pourquoi nous tremblons, et de soupçonner une affection neurologique ou que sais-je encore. Les pages médicales consacrées au tremblement sont effrayantes.

Et pourtant si notre corps sait trembler et éprouve parfois le besoin de le faire, il doit bien y avoir une raison. Si nous postulons que le corps est intelligent et compétent, nous pouvons imaginer qu’il a une bonne raison de trembler. 

David_Berceli.jpgC’est le raisonnement qu’à tenu David Berceli, un thérapeute américain, installé à Pheonix en Arizona. Cette observation et cette réflexion l’ont conduit à créer et développer ce qu’il appelle Trauma Release Exercices (TRE), en français Exercices de Libération des Traumatismes.

Le corps utilise les tremblements pour se défaire d’une tension, d’un stress. Cette compétence nous vient de loin. Les animaux font de même lorsqu’ils ont connu un grand danger. Nos muscles tremblent lorsque l’effort musculaire est trop intense, pour relâcher la tension, pour éviter la crampe. C’est un mécanisme naturel qui permet au corps de se défendre contre un stress ou une agression, qui permet un relâchement, pour revenir à l’équilibre.

L’idée de David Berceli est d’utiliser cette connaissance du corps plutôt que de la réprimer. En effet, nous avons tous appris quelque soit notre culture, que le tremblement est un signe de faiblesse ou de peur, et qu’il est donc essentiel de l’empêcher ou de le cacher.

Pour laisser trembler son corps, il suffit de quelques exercices de gymnastique et d’assouplissement, de s’allonger sur le dos, les jambes en « crapaud », et d’attendre que ça vienne. Ce qui est super facile. La seule difficulté pour certains, c’est de laisser faire, de débrancher le mental, de donner toute liberté au corps, et de vraiment laisser faire.

Les mouvements commencent dans les jambes, et parfois lors des premières fois, s’arrêtent au niveau du bassin. Puis, ils montent le long de la colonne vertébrale, de la tête, des bras… comme une ondulation plus ou moins rapide. Celui qui fait cela est toujours conscient et peut à n’importe quel moment s’arrêter et peut tout à fait parler. La conscience est très présente.

En faisant cela, nous devenons observateurs de ce que notre corps est capable de faire. Chacun ayant des tensions musculaires à différents endroits, les mouvements sont forcements différents d’une personne à l’autre, et même d’une séance à l’autre.

Nous pouvons nous servir de ces exercices pour défaire les tensions musculaires, et celles-ci sont fortes suites à un traumatisme ou un moment de frayeur. Nous pouvons aussi considérer que nous accumulons des petits traumatismes tout au long de notre vie, et que notre corps en garde les mémoires.

L’exercice peut être fait en demandant simplement au corps de libérer et détendre ce qui peut l’être à ce moment là. Selon moi, il est possible d’ajouter une intention particulière. J’ai donc expérimenté en orientant mon attention sur telle ou telle difficulté rencontrée, comme un mauvais souvenir ou une émotion désagréable, en demandant à mon corps de lâcher les tensions en lien avec cela. Selon la particularité choisie, les mouvements sont différents.

Les pratiquants qui témoignent dans les vidéos de David Berceli racontent à quel point ils sont satisfaits de cette technique. Le corps est sacrement intelligent !