Nous, l'art d'aller bien

Nous l'art d'aller bien, Reflexologie, EFT ,Hypnose, reflexologie plantaire, marianne devaux, nouméa

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

 
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous êtes fumeur et vous avez déjà essayé sans grand succès d’arrêter de fumer en mobilisant toute votre énergie. Ou alors, vous connaissez des fumeurs et vous ne comprenez pas qu’ils n’arrêtent pas, « ah s’ils avaient un peu de volonté » pensez-vous peut-être. 

Je vais m’adresser aux fumeurs car chacun est responsable de soi-même. Une chose est sûre, c’est bien votre responsabilité de fumer ou d’arrêter, et arrêter est le résultat de votre décision.

Bien sûr, vous avez de la volonté et vous êtes capables de vous en servir : la preuve, vous avez réussi plein de choses dans votre vie jusqu’ici pour lesquelles il vous a fallu de la volonté. Sauf que l’arrêt du tabac, ce n’est pas une question de volonté, c’est une question de connaissances. Autrement dit, une fois que vous avez décidé d’arrêter, le problème est de savoir comment faire.  Et tant qu’à faire, autant utiliser une méthode efficace, rapide, et sans effet secondaire catastrophique comme certains médicaments. 

En effet, il ne s’agit pas juste d’arrêter de prendre une cigarette, de l’allumer et de la fumer ; il s’agit de changer le programme qui vous faire croire que vous avez envie ou besoin d’une cigarette. Et bonne nouvelle : l’essentiel de ce programme est dans votre esprit, vous pouvez donc y accéder. La petite partie du programme qui est dans votre corps s’élimine d’elle-même, au maximum après trois jours sans tabac. Il n’y a pas de dépendance physique à la cigarette qui dure au delà de quelques heures après la dernière cigarette.

L’objectif est donc d’apprendre à accéder à ce programme, qui est toujours inconscient. C’est pour cela que l’hypnose, qui permet d’accéder facilement aux ressources inconscientes, est un outil d’aide efficace. Le secret de la réussite est d’accéder à ce programme pour le changer. 

Tant que vous ne faîtes pas cela, il y a une partie de vous qui veut arrêter de fumer et une autre partie de vous qui veut continuer à fumer. Et ces deux parties se battent depuis votre première cigarette. Même si vous n’en aviez absolument pas conscience, tout votre corps souhaite depuis cette époque-là que vous cessiez. Peut-être au fil du temps, vous avez pris conscience de la nocivité du tabac. Peut-être même que vous avez vraiment essayé d’arrêter depuis un certain temps, en mobilisant toute votre volonté. 

Et j’ajoute, vous avez peut-être déjà réussi à arrêter, mais les deux parties de vous-même continuent de se battre. Ce n’est pas parce que l’une a gagné, à un moment donné, que l’autre est disposée à se taire. C’est comme cela que nait la frustration. « Ah si je pouvais fumer une bonne cigarette » ! C’est la voie royale vers l’échec, la compensation…

Depuis combien de décennies ces deux parties se font-elles la guerre à l’intérieur de vous ? Et comme elles sont de forces égales, car elles sont ravitaillées par l’inconscient, vous êtes devenu un vrai champ de bataille. Ce n’est pas juste une image, mais la réalité si vous êtes malade.

La bonne réponse est de réconcilier ces deux parties : de faire la paix ! Et c’est toujours possible, même dans les conflits les plus durs et les plus violents, il y a une possibilité de réconciliation. 

Vous pouvez a priori penser que c’est impossible puisque ces deux antagonistes veulent exactement le contraire l’un de l’autre. C’est comme cela dans toutes les batailles. Il faut donc aller voir plus loin, au niveau de leurs motivations, de leurs buts, de leurs valeurs, parfois de leurs émotions, de leurs représentations, pourquoi pas leur trouver un adversaire commun… pour trouver des points de rapprochement, de dialogue, puis de convergence. C’est comme cela que l’on fait vraiment la paix, et sûrement pas en écrasant l’autre.

_arreter_de_fumer.png

Ce processus de changement peut se faire spontanément chez certaines personnes, de plus en plus rarement du fait de la très forte croyance qu’arrêter de fumer c’est difficile. Mais qui, à part les vendeurs de tabac, a intérêt à nous faire croire cela ? En tout cas, tout le monde colporte cette croyance, et ainsi la renforce.

Bref, une fois que le programme est changé dans votre esprit, vous n’avez juste plus aucune envie de fumer. Et vous n’utilisez pas habituellement votre volonté pour vous passer de ce que vous n’aimez pas. Imaginez que vous ayez horreur de tel genre de  musique, est-ce que vous utilisez la force de votre volonté pour ne pas écouter cette musique là chez vous ? Non, bien sûr ! Vous n’en avez pas et c’est tout. C’est votre choix, et c’est facile de l’appliquer.

MD



À voir également